A vrai dire! La colère d’Agadir

آخر تحديث : الإثنين 27 فبراير 2017 - 1:30 مساءً
Saoudi El Amalki

Beaucoup de langues se sont déliées ces derniers temps, dans la capitale du Souss. Certaines mauvaises langues ont même fait, dans les réseaux sociaux, ce constat ci-dessous, non dépourvu d’humour satirique : « La terre a bougé, mais les gens d’Agadir n’ont pas encore bougé ! ». Dans le même sillage, un haut responsable régional s’est adressé à des promoteurs du golf en ces termes, non sans touche blagueuse qui en dit long : « La terre a tremblé, en signe de joie de votre venue dans nos murs ! » « Rien ne va ! », semblent s’accorder à déplorer de nombreuses composantes de la société locale et ne manquent guère de se constituer en groupes pour grogner à qui peut les entendre. En rythmes persistants, le second mouvement déclenché hier dans l’après midi, dans une vaste place de la ville, lève le ton de plus belle, en vue de vomir les maux d’une cité, jugée immergeant dans « l’immobilisme », sous toutes ses formes. Nul ne parait en mesure de stopper cet entrain de masse qui prend, de plus en plus, de l’ampleur ! Ce n’est ni fortuit ni parcimonieux ce que font ces activistes, pour la plupart des jeunes. Bien au contraire, ils arrangent minutieusement leurs actions « civiles » dites pacifiques et se manifestent au grand jour, pour libérer le propos. Que veulent-ils ces manifestants ? Apparemment, ils n’ont nullement l’intention de se mêler des questions nationales, plus élevées que leur niveau d’appréciation. Visiblement, leur préoccupation majeure se limite aux problématiques de la cité et de la région qu’ils estiment contraignantes, en dépit des efforts déployés dans moult domaines. En fait, il ne fait pas de doute que nombre de secteurs battent de l’aile et nécessitent davantage de mobilisation pour assurer leur redressement, en ces temps-ci, depuis que les investissements publics se font rares et que les mégaprojets de l’Etat, à l’instar des métropoles du royaume, sont aux abonnés absents. Les retombées de ces déficits se répercutent, en effet, sur le climat des affaires d’une part et sur la vie quotidienne des populations, d’autre part. Ce qui explique, en grande partie, la riposte manifeste des jeunes de la ville, tout en se méfiant des veules prédateurs extrémistes qui profitent des malaises pour se faufiler dans les rangs et s’octroyer de sordides « gains » politiciens Pour se faire, cette inertie irascible qui écume actuellement des franges des citoyens, sollicite des divers décideurs, de quelques registre soit-il, une réelle réanimation dans les maintes sphères vitales. Il n’est plus question de dévaloriser voire ignorer l’immense potentiel dont regorge la région à tous les niveaux, tant à l’échelon de l’urbain aux opportunités économiques énormes que du rural aux atouts naturels indéniables. Face à ces répliques massives qui sillonnent aujourd’hui les rues et inondent les esplanades, réclamant équité et réactivité, il est à appeler à s’en rendre compte, sans ostentation ni indifférence, encore moins oppression irréfléchie de la part des centres de décision et des services d’ordre, aussi bien à l’échelle centrale que régionale, afin d’éviter tout dérapage et d’épargner la stabilité et la sécurité des âmes et des biens privés et publics !

2017-02-27 2017-02-27
اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

اكتب ملاحظة صغيرة عن التعليقات المنشورة على موقعك (يمكنك إخفاء هذه الملاحظة من إعدادات التعليقات)

محمد الغازي