Alliance Afrique-Europe: Ce qui échappe au gouvernement OTTOMAN

آخر تحديث : السبت 23 نوفمبر 2019 - 11:26 مساءً
Alliance Afrique-Europe: Ce qui échappe au gouvernement OTTOMAN

      Notre pauvre enseignement qui ne sait plus à quel saint se vouer, ne cesse toujours de drainer des stratégies européennes visant à remédier à ses maux éternels.

     Dans ce cadre, une nouvelle alliance Afrique-Europe a vu le jour, ayant pour objectif, hisser notre partenariat pour l’investissement et l’emploi au niveau supérieur, pour un investissement et des emplois durables.

      Il s’agit d’un coriace plan économique pour l’union européenne  et ses partenaires africains, ayant pour but l’encouragement d’un accroissement substantiel de l’investissement privé tant africain qu’européen.

      Ledit plan, vise la stimulation des échanges commerciaux, et le renforcement de la création d’emplois, ainsi que la contribution au développement durable et inclusif, en promouvant les normes de technologies modernes et durables, la protection de l’environnement et du travail et un entrepreneuriat responsable.

      L’Alliance vise à libérer l’investissement privé et à explorer les immenses possibilités, dont les économies tant africaines qu’européennes, peuvent tirer profit, en mettant l’accent sur l’emploi des jeunes, via la création de 10 millions d’emplois en Afrique au cours des cinq prochaines années, ce qui permettra de répondre à l’évolution démographique en Afrique.

Du côté de l’enseignement

     Une initiative de l’Union africaine en matière de compétences, alias «African Union skills initiative »  sera soutenue par L’UE, qui a pour objectif, la mise en place d’un cadre africain de qualifications continentales. Cette initiative qui échappe aux services d’AMZAZI, AMKRAZ et compagnie, est une commodité destinée à consolider la collaboration du secteur privé à l’enseignement et à l’éducation techniques et professionnels, à soutenir le marché du travail et les diagnostics des systèmes d’enseignement et de formation techniques et professionnels et à guider la mobilité des étudiants et du personnel.

      Une aide sera apportée aux établissements de recherche et d’enseignement supérieur pour accéder aux infrastructures en ligne appropriées. La mobilité des étudiants, du personnel et des acteurs universitaires sur le continent africain sera encore facilitée via Erasmus africain. Le contenu des programmes d’enseignement supérieur et les compétences acquises par les étudiants universitaires seront davantage adaptés aux besoins du marché du travail.

       L’UE continuera de soutenir les bourses et les programmes d’échange entre établissements d’enseignement supérieur, ainsi que la création du savoir dans les universités afin qu’elles participent pleinement aux processus d’innovation

          Quelques 63 000 000 EUR étalés sur 2018-2020 sont en jeu, au titre du programme panafricain,  c’est des chiffres astronomiques qui nous interpellent toutes et tous, mais qui soulèvent surtout la question du sort de ces enveloppes pharaoniques injectées dans l’enseignement sans résultats aucun.

Du côté de l’emploi

      S’inspirant d’initiatives concluantes en Afrique du Nord telles que le programme Med4jobs, L’UE  veillera sur l’amélioration du soutien au niveau national, et permettra l’assurance de l’adéquation entre les compétences et les choix de développement stratégique pour chaque pays.

      Ainsi, le soutien sera lié aux secteurs qui présentent un fort potentiel d’investissement et de création d’emplois, ce qu’AMEKRAZ n’en sait absolument rien. Il sera dès lors à l’ordre du jour des discussions sur les pactes pour l’emploi et la croissance et sera examiné lors des réunions stratégiques sectorielles avec le secteur privé, le monde universitaire et les opérateurs financiers.

       L’Union Européenne veillera à ce que cet investissement aggravé soit aussi plus ciblé stratégiquement, en avantageant les espaces ayant le potentiel le plus élevé de création d’emplois, tout en tenant compte de l’importance du secteur informel dans l’économie africaine – y compris celle du Maroc-, afin d’améliorer ses taux de rendement généralement bas.

Rabat: Lahoucine OUBLIH

2019-11-23
اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

اكتب ملاحظة صغيرة عن التعليقات المنشورة على موقعك (يمكنك إخفاء هذه الملاحظة من إعدادات التعليقات)

محمد
%d مدونون معجبون بهذه: