LE CENTRE CULTUREL D’AZROU CELEBRE LE MOIS DU PATRIMOINE ET ORGANISE PLUS D’UNE ACTIVITES CULTURELLES  

آخر تحديث : الأحد 2 مايو 2021 - 4:00 صباحًا

     En célébration du Mois du patrimoine qui s’étend entre la Journée internationale des monuments et des sites, célébrée le 18 avril et la journée des Musées fêtée le 18 mai, le Centre Culturel d’Azrou organise une série d’activités culturelles et artistiques qui ont débutées le Vendredi 30 avril dernier avec la projection d’un film documentaire institutionnel sur le Centre d’Interprétation du Patrimoine du Moyen Atlas à Azrou qui est une institution culturelle de proximité dont la vocation est de mettre en exergue les richesses patrimoniales du Moyen Atlas en proposant au visiteur une exposition permanente qui se déploie sur trois salles dont la salle consacrée au patrimoine naturel, la salle au patrimoine culturel immatériel et la salle dédiée au patrimoine historique et archéologique de la Région du Moyen Atlas.

       Dans ce même cadre d’activité, le centre culturel d’Azrou procèdera ce Lundi 03 mai au lancement de la 2ème édition du Concours de la Poésie Amazigh organisé cette année sous le thème : « L’Appel de l’Atlas : Les Victoires du Maroc sur sa cause nationale consolidant la marocanité du Sahara »

      Samedi 08 mai sera consacrée à une soirée musicale issue de la culture juive avec Le genre musical le « Chgouri » qui  a toujours été associé aux Juifs d’Andalousie, célèbre notamment au Maroc, où des stars ont contribué à son développement et l’ont transmis aux jeunes générations.

     Ce genre musical avance-t-on, est connu pour son rythme rapide, sa musique dansante et ses paroles audacieuses, qui chantent l’amour, le déracinement et la nostalgie de la belle époque andalouse, avant l’expulsion des Juifs et des Musulmans.

     Selon le « morocco jewish times », le Chgouri est associé à de nombreux artistes juifs du Maghreb, tels que Mssika, et Cheikh El-Afrit en Tunisie ; Salim Halali en Algérie ; Sami Al-Maghribi, Zahra El-Fassia, Raymond El-Baidawiya et Botbol du Maroc, autant d’artistes célèbres depuis les années 1950, avant que cet art n’atteigne son apogée avec d’autres artistes comme Pinhas.

      « un genre musical qui témoigne de la tolérance et de la coexistence pacifique et fraternelle entre ces deux communautés ».

       Selon la même source, « le Chgouri est un chant populaire qui a révolutionné les règles artistiques de son époque. Il s’est inspiré de nombreux genres musicaux tels que le flamenco le « Gharnati », le « Melhoun », la « Aita » et « Gnaoua ». Il a toujours été présent dans les occasions religieuses ainsi que dans les célébrations des mariages, des baptêmes, des circoncisions, aussi bien chez les Juifs que chez les Musulmans au Maroc. »

     Dans la foulée culturelle et artistique, le centre Culturel de la ville d’Azrou accueillera Jeudi 13 mai, une Conférence scientifique sur la thématique du patrimoine et le Samedi 15 mai une Soirée patrimoniale amazigh en directe sans parlers des diverses autres activités prévues en commémoration de ce  mois du patrimoine.

                                                                              Mohammed Drihem

 

2021-05-02 2021-05-02
اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

اكتب ملاحظة صغيرة عن التعليقات المنشورة على موقعك (يمكنك إخفاء هذه الملاحظة من إعدادات التعليقات)

ABOU ZOUHEIR